Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

dimanche, 02 juin 2013 00:00

L'homoparentalité est-elle porteuse d'un risque affectif ?

Écrit par 

La plupart des études affirment que les enfants élevés par des couples homosexuel(le)s vont bien présenter des biais importants.

Et une lecture approfondie et prudente de Mark Regnerus (1) en 2012, portant sur 3 000 adultes, montre que l'absence de différence de développement entre un sujet ayant eu des parents homosexuels ou non est un dogme qui ne tient pas, les personnes allant le mieux étant celles élevées par un père et une mère.

Comme dans les autres disciplines médicales, il est donc indispensable qu'une commission d'experts pédopsychiatres fasse une analyse critique de ces études avant toute prise de décision. Pour le clinicien psychiatre d'enfants (athée et favorable au pacs) que je suis, la question peut être abordée différemment.

Télécharger le PDF

De l'amour, un enfant peut en recevoir d'un couple homoparental qui l'élève, mais quand on l'écoute, voici les risques qui menacent son développement.

DIFFÉRENTS ET COMPLÉMENTAIRES
Tout d'abord, un enfant a besoin de pouvoir s'identifier aux composantes masculines et féminines de ses parents. De nombreux travaux montrent que père et mère offrent au bébé un style d'échanges différents et complémentaires. Schématiquement, les mères proposent un dialogue émotionnel.
Par la voix, le regard, la recherche d'une position confortable, elles font naître chez lui les sentiments originels de sécurité et régulent ses états de bien-être et de mal-être. Les pères sont dans un échange plus physique, plus stimulant (comme le fait de soulever le bébé dans les airs), demandent plus la réalisation de tâches, mettent plus au défi.
L'enfant a besoin de cette asymétrie parentale, et c'est un leurre de dire que, élevé par des adultes homosexuels, il va pouvoir s'identifier à la dimension masculine ou féminine qui lui manque à l'occasion de contacts avec des amis adultes d'un sexe différent de celui de ses parents.

Ensuite, tout enfant qui bute sur le mystère de sa conception ressent une excitation perturbante face à cette énigme. Tous ont une curiosité concernant leur origine, sous la forme de questions telles que " Où poussent les enfants : dans l'estomac ? Par où naissent-ils : par le derrière, par le nombril ? Comment les fait-on ?"
Tant que l'enfant n'a pas trouvé de réponse satisfaisante, son esprit reste agité, excité par ces questions, sa curiosité sexuelle est suractivée. Ainsi, une fillette excitée en permanence et élevée par un couple d'homosexuelles dessine en psychothérapie une reine entourée de huit enfants "qui ont été faits par la soeur de la reine, magicienne qui a concocté une potion". La reine n'a ainsi pas eu besoin d'hommes pour concevoir des enfants.
C'est une mystification d'affirmer que l'explication donnée à l'enfant sur les processus techniques à l'origine de sa conception va suffire à gommer magiquement les questions qu'il se pose sur l'impossibilité structurelle de sa conception par le couple.
Mais ce questionnement, il ne le montre qu'en psychothérapie et pas au couple homoparental, présentant ainsi un "syndrome de l'enfant parfait".

Lire la suite sur Le Monde du 07.02.2013

Maurice Berger, chef de service en psychiatrie de l'enfant au CHU de Saint-Etienne.
_____________________________________

(1) Etude de M. Regnerus

Dernière modification le mercredi, 26 mars 2014 07:13
CPDH

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Plus dans cette catégorie : Les enfants ne sont pas des objets »

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.