Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

Le député LaREM Aurélien Taché a dit aujourd'hui "espérer" à titre personnel que la société française sera un jour "mûre" pour autoriser une gestation pour autrui (GPA) "éthique", encadrée et "à titre gratuit".

Interrogé sur LCI pour savoir s'il rejoignait le point de vue de la ministre Nathalie Loiseau, favorable à "une GPA éthique", Aurélien Taché s'y est rallié. "Oui je suis favorable à la GPA éthique, et je salue le courage de Nathalie Loiseau parce qu'en France il n'est pas toujours simple de défendre ce type de position".

  Source: *www.lefigaro.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Retrouvez notre fiche repère sur ce sujet :   La GPA (Gestation Par Autrui)

Publié dans Bioéthique

STRASBOURG (31 janvier 2019) – Existe-t-il un droit à un enfant ? L’organisation ADF International est intervenue aujourd’hui devant la Cour européenne des droits de l’homme au sujet des lois sur la gestation pour autrui en France. Celle-ci a demandé un avis consultatif sur les questions juridiques relatives à la gestation pour autrui. L’intervention d’ADF International porte sur les dangers de la gestation pour autrui pour l’enfant, la mère porteuse et la société, en appelant la Cour à affirmer les droits fondamentaux des plus vulnérables de la société.

« La gestation pour autrui exploite les femmes et traite les enfants comme des marchandises. Elle pose des menaces sérieuses à la dignité humaine et aux droits fondamentaux de toutes les personnes concernées. L’enfant devient un objet de vente et reste dans un flou juridique. Il n’y a pas de « droit » d’avoir ou de « commander » un enfant.

Les mères porteuses se trouvent également souvent dans une position socialement vulnérable, en étant exploitées par la multitude d’acteurs impliqués ; elles sont similairement laissées dans une situation d’incertitude juridique. « La gestation pour autrui est une véritable menace pour la société, car elle mine la famille et commercialise les plus vulnérables », a déclaré Jennifer Lea, conseillère juridique d’ADF International à Strasbourg, co-auteur de l’intervention.

  Source: adfinternational.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Publié dans Bioéthique

MAGAZINE – Le 20 janvier, une foule compacte était présente lors de la 13e Marche pour la vie, à Paris. L’édition 2019 était notamment consacrée à la clause de conscience des professionnels de santé. Reportage.

Fidèles et déterminés. Ils étaient 50?000 selon les organisateurs, 7?400 selon la police, dimanche 20 janvier, à battre le pavé parisien pour s’opposer à l’avortement et défendre l’objection de conscience des professionnels de santé. En tête du cortège hérissé de pancartes « IVG : dire la vérité c’est dissuader? », « Macron, touche pas aux embryons », Camille, 19 ans, ne s’est laissé décourager ni par le vent glacial, ni par ses amis peu convaincus de l’utilité de sa démarche. « C’est vrai, on n’est pas toujours écouté quand on parle, nous l’avons constaté après La Manif pour tous, mais on l’est encore moins si on se tait, s’époumone la jolie brune à quelques mètres de la sono. Et le pape lui-même nous a demandé de défendre la vie et la dignité humaine “sans se lasser”. »

Venu de Chartres dès samedi pour participer à la veillée pour la vie qui s’est tenue à l’église Saint-Germain-l’Auxerrois, l’abbé Alexis Garnier est lui aussi persuadé de la nécessité de défiler dans les rues. « Il ne faut pas se demander si la cause est perdue, mais si elle est bonne. Regardez les ouvriers polonais au début des années 1980. Leurs petits coups de marteaux ont fini par faire tomber le mur de Berlin?!? »

  Source: www.famillechretienne.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Publié dans Bioéthique
Page 9 sur 103

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.