Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

jeudi, 31 mars 2016 00:00

Le gel contraceptif longue durée pour hommes pourrait débarquer en 2018

Écrit par 

Seul moyen de contraception à long terme pour l’homme, la vasectomie présente l’inconvénient d’être quasi-irréversible. En 2018, on pourrait voir débarquer une alternative à cela, Vasalgel, un gel contraceptif à injecter dans le pénis, longue durée, mais réversible.

85 millions. C’est le nombre de grossesses non-désirées qui surviennent chaque année dans le monde, et la moitié finissent par un avortement. Si des moyens de contraception existent, différents facteurs peuvent les faire échouer et chez l’homme, seuls deux moyens principaux sont utilisés, le préservatif et la vasectomie. Cette dernière étant quasi-irréversible, une alternative longue durée est nécessaire.

Aux États-Unis, la fondation Parsemus a probablement réussi ce pari. Elle a développé un gel contraceptif longue durée pour homme baptisé Vasalgel, un polymère de haut poids moléculaire qui contient de l’acide maléique-styrène (acide SMA). Un hydrogel qui agit comme une barrière mécanique dans le canal déférent, laissant passer les fluides, mais pas les spermatozoïdes.

Dans les travaux publiés dans la revue Basic and Clinical Andrology, les chercheurs détaillent les tests qu’ils ont réalisés sur des lapins. Ainsi, sur les 15 mâles qui ont reçu une injection de Vasalgel, 11 d’entre eux n’avaient plus de spermatozoïdes dans leur sperme peu de temps après l’injection (azoospermie), et un n’en avait plus après une trentaine de jours. La stérilisation a duré douze mois chez ces lapins.

  Source: sciencepost.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.