Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mercredi, 08 février 2017 00:00

50 ans après sa légalisation, le désamour des Françaises pour la pilule contraceptive

Écrit par 

Légalisée il y a cinquante ans, la pilule reste le moyen le plus utilisé, mais de plus en plus de femmes s'en détournent.

C'est un petit timbre, en souvenir du droit des femmes à vivre enfin librement leur sexualité, que présentera ce matin aux députés Marisol Touraine, la ministre de la Santé. Il commémore les 50 ans de la pilule contraceptive. Un événement célébré du bout des lèvres.

C'est que, depuis le vote le 27 décembre 1967 de la loi portée par le gaulliste Lucien Neuwirth, qui permit d'en légaliser l'usage, cette petite pilule, symbole d'une liberté nouvelle, celle de pouvoir faire l'amour sans risquer d'avoir d'enfant, n'a plus la cote. Comme le souligne l'Institut national d'études démographiques (Ined), «elle reste aujourd'hui la méthode de contraception la plus utilisée en France, mais sa suprématie est remise en cause depuis quelques années».

La faute à Diane 35

Chez les 15-49 ans, moins d'une femme sur deux y a désormais recours. Et c'est chez les moins de 30 ans qu'on la boude de plus en plus. Comme si, entre la pilule et les femmes, c'était «je t'aime moi non plus». «On sent un désamour, confirme Israël Nisand, le nouveau président du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF). Pour elles, la pilule reste une amie, mais c'est une amie dont elles ont appris à se méfier.»

  Source: leparisien.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.