Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

lundi, 27 novembre 2017 00:00

La vasectomie : parlons-en !

Écrit par 

Encore trop taboue, la contraception définitive masculine est pourtant accessible à toutes les personnes majeures en France. En quoi la vasectomie participe à plus d'égalité entre les femmes et les hommes ? Décryptage et témoignage.

Depuis 2011, la vasectomie est une pratique légale en France et reste accessible à toute personne majeure. Pourtant, avoir recours à cette méthode de contraception définitive est encore taboue pour de nombreuses personnes. En effet, seulement 1 % de la population masculine est concernée par cette pratique. Dans un communiqué de presse, le planning familial demande ainsi aux professionnels de santé de mieux informer les hommes sur cette contraception plus égalitaire.

La vasectomie : un acte médical simple

La vasectomie est un geste médical simple et concerne tous les hommes qui veulent prendre en charge leur contraception et qui ne souhaitent pas - ou plus - avoir d'enfant. Le gynécologue-obstétricien Thierry Harvey, Chef de service de la Maternité des Diaconesses, décrypte le process pour s'engager dans cette démarche : "Il suffit de prendre rendez-vous chez un urologue qui expliquera en quoi consiste l'intervention mais aussi les conséquences de cet acte médical irréversible. Après un délai de réflexion d'une durée de 4 mois il faut retourner chez son urologue et confirmer sa demande par écrit". Il ajoute : "la vasectomie ne requiert pas de longue hospitalisation mais se fait généralement sous anesthésie locale. Les jours qui suivent peuvent être ponctués par des douleurs modérées qui se traitent par des anti-douleurs. Pendant les 15 premiers jours suivant l'intervention, il est également recommandé de ne pas avoir de relation sexuelle, ni de porter des objets lourds ou de pratiquer un sport". Pas de panique, la vasectomie n'entraîne pas d'effets secondaires "Il n'y a pas de conséquences sur la vie sexuelle, l'érection, l'éjaculation et le désir sexuel. La vie continue... comme avant !", affirme le spécialiste. Enfin, pour apporter plus de sécurité aux hommes qui auraient peur de changer d'avis, il est toujours possible de conserver son sperme et de le faire congeler dans un centre spécialisé.

  Source: sante.journaldesfemmes.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.