Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

Les 17 juges de la Grande Chambre de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) ont entendu hier les plaidoiries des parties en présence dans l'affaire Vincent Lambert, dans une "salle comble".

Publié dans Fin de vie

« La GPA, c’est altruiste, généreux, honnête et bienveillant : cela permet à des couples tristes de fonder des familles heureuse ; et une fois que les enfants existent, il faut bien les accepter » ; tel est le discours, assorti de photos attendrissantes d’enfants charmants, destiné à imposer la libéralisation de la gestation pour autrui (GPA). Et c’est au nom des « droits de l’homme », caution morale indiscutable, que la GPA doit être acceptée, au nom de l’intérêt supérieur des enfants et du droit au respect de la vie familiale. Ainsi, après la France – où le Conseil d’Etat vient de valider la Circulaire Taubira – c’est l’Espagne qui envisage à présent de reconnaître la filiation d’enfants issus d'une GPA à l’étranger, afin de se conformer aux récents jugements de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH).

Publié dans Bioéthique

La Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) se penche mercredi sur le sort de Vincent Lambert, un tétraplégique de 38 ans plongé dans un état végétatif, devenu l’objet d’une tragédie familiale et d’un débat de société.
Les juges de Strasbourg vont examiner, lors d’une audience, le conflit entre son épouse Rachel, qui souhaite le «laisser partir», et ses parents, qui refusent l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation artificielles de leur fils.

Publié dans Fin de vie
Page 13 sur 20

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.