Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mardi, 10 avril 2018 00:00

Discours d'Emmanuel Macron devant les évêques : "Jamais un président ne s'était adressé de cette manière-là aux catholiques"

Écrit par 

Guillaume Goubert, le directeur de la rédaction du journal "La Croix", a indiqué lundi sur franceinfo que le discours d'Emmanuel Macron devant les évêques de France était "très étonnant".

Emmanuel Macron a tenu lundi 10 avril au soir un discours devant la Conférence des évêques de France. Le président a déclaré vouloir "réparer" le lien "qui s'est abîmé", selon lui, entre l'Église catholique et l'État français. Le directeur de la rédaction du quotidien La Croix, Guillaume Goubert, a réagi sur franceinfo lundi.

franceinfo : Est-ce qu'un président de la République s'était déjà engagé autant devant des évêques ?

Guillaume Goubert : Jamais un président de la République ne s'était adressé de cette manière-là aux catholiques. C'était un discours très étonnant, où il a fait preuve d'un nombre considérable de références, très précises, montrant que c'était un univers qu'il connaissait très bien.

Comprenez-vous que certaines personnes disent aujourd'hui que cela va à l'encontre de la laïcité ?

Je ne suis pas surpris qu'ils le disent, mais ça ne me paraît pas exact. Le terrain sur lequel s'est placé Emmanuel Macron est celui du dialogue entre l'État et les religions, c'est-à-dire de savoir si l'État et les religions ont des choses à se dire. Et quand je dis les religions, c'est bien au pluriel. Ce n'est pas seulement l'Église catholique, cela peut concerner le protestantisme, cela peut concerner l'islam, le judaïsme. Ce qu'il a prôné est un dialogue. Quand il a parlé d'un lien qui s'était abîmé, c'était pour dénoncer le fait que d'un côté, une partie de la classe politique  - il ne l'a pas dit mais entendez la droite - a surjoué l'attachement catholique pour des raisons qui n'étaient que trop souvent électoralistes. Et de l'autre côté - entendez la gauche - on a trouvé toutes les raisons de ne pas écouter les catholiques, les reléguant par méfiance au rang de minorité militante contrariant l'unanimité républicaine. Et c'est une définition qui me paraît assez exacte. Donc pour sortir de ce double écueil, il prône un dialogue entre l'État et l'Église catholique, tout en disant bien que ce serait un dialogue très inconfortable.

  Source: francetvinfo.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Dernière modification le vendredi, 13 avril 2018 08:28
CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.