Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

CPDH-Médias

CPDH-Médias

« Je ne lâcherai pas. Je ne peux pas, de toute façon, pour tous les enseignants qui ont pu être injustement sanctionnés. Et puis pour les élus et les parents d’élèves qui ne m’ont jamais lâché. »

L’affaire de l’enseignant de Malicornay, suspendu pour avoir lu des textes bibliques en classe, connait un énième rebondissement. Le tribunal de Limoges avait jugé cette décision « disproportionnée » et avait demandé sa réintégration. Mais l’Éducation Nationale vient de faire appel de cette décision.

Matthieu Faucher était enseignant à Malicornay. Suite à une lettre anonyme, il avait été suspendu de ses fonctions et muté par l’Éducation Nationale en 2017 pour « non-respect de la neutralité vis-à-vis du fait religieux ». Sanction qui avait été jugée « disproportionnée » par le tribunal administratif de Limoges qui demandait l’annulation de la sanction et sa réintégration à l’école de Malicornay. Mais en octobre 2019, l’Éducation Nationale a fait appel de cette décision. Sur le compte twitter du mis en cause, un post épinglé rappelle que l’affaire dure depuis deux ans déjà et que « ce n’est pas fini ».

  Source: www.infochretienne.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Des ondes cérébrales proches de celles des bébés prématurés ont été observées chez des organoïdes, sans aucun stimulus extérieur.

Réunis au Congrès Neuroscience 2019 de Chicago, des scientifiques viennent de soulever une question éthique primordiale en révélant les résultats d’une étude, publiée le 3 octobre dernier. Des organoïdes corticaux humains ont été créés en laboratoire et ont présenté « une augmentation constante de l’activité électrique sur une période de plusieurs mois ». Les ondes cérébrales observées avaient des caractéristiques similaires à celles observées chez les bébés prématurés.

« La formation de réseau spontanée a présenté des événements oscillatoires périodiques et réguliers dépendant de la signalisation glutamatergique et GABAergique. L’activité oscillatoire est passée à des schémas plus irréguliers spatio-temporellement, et les événements de réseau synchrones ressemblaient à des caractéristiques similaires à celles observées en électroencéphalographie humaine prématurée. »

Les organoïdes sont développés depuis une dizaine d’années par la communauté scientifique. Ils concernent plusieurs organes, dont le cerveau. Mais la nouveauté est que ces organoïdes ont développé une activité électrique seuls, sans stimuli extérieurs.

Pour certains des chercheurs rassemblés au congrès de Chicago, les scientifiques qui se consacrent à ces études sont « dangereusement » près de franchir une ligne éthique.

  Source: www.infochretienne.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

mardi, 08 octobre 2019 00:00

Ceci est un mini-cerveau actif !

Pour la première fois, ce qu’on appelle un organoïde d’encéphale artificiel a développé en laboratoire une activité électrique similaire à celle d’un bébé prématuré. Une étape sans doute majeure dans la compréhension de l’objet le plus complexe de l’univers connu : notre cerveau.

Depuis dix ans, on exploite des cellules souches (qui peuvent évoluer en cellules de tous types) pour développer des structures in vitro, modélisant un organe qu’on appelle « organoïde ». Il en existe ainsi de rétine, de foie... Pour autant, jamais des organoïdes de cerveau n’avaient développé un réseau neuronal actif. Or, grâce à une amélioration de la procédure de développement des cellules souches, après quatre à six mois de culture, celles cultivées par l’équipe du génétitien Alysson Muotri, de l’université de San Diego, ont montré des indices de développement stupéfiants. Et une maturation des réseaux de neurones et de synapses jamais vue. Grâce à un algorithme capable de détecter les niveaux d’activité cérébrale de bébés prématurés, et en les comparant avec l’activité de ces organoïdes, les chercheurs se sont rendu compte que leurs trajectoires étaient similaires. « L’algorithme a donc pu prédire “l’âge cérébral” de nos organoïdes, a ainsi expliqué Alysson Muotri. Et il est proche de celui d’un bébé prématuré. »

  Source: www.parismatch.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Page 5 sur 1157

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.