Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

jeudi, 01 décembre 2016 00:00

Entrave à l’IVG : les députés votent la pénalisation des sites Web

Écrit par 

L’Assemblée nationale a adopté, jeudi, la proposition de loi socialiste visant à pénaliser les sites de « désinformation » sur l’interruption volontaire de grossesse

Liberté d’expression contre liberté à disposer de son droit d’avorter. Opposition et majorité ont ferraillé, jeudi 1er décembre, à propos de l’extension aux sites Internet du délit d’entrave à l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Après près de six heures de débats, l’Assemblée nationale a voté la proposition de loi soutenue par la gauche et une partie des centristes, tandis que la droite et l’extrême droite s’y sont opposées. Le texte vise à pénaliser les sites de « désinformation » sur l’IVG.

Le ton est souvent monté, en particulier quand ont été rappelés les propos du vainqueur de la primaire de la droite, François Fillon, qui est hostile « à titre personnel » à l’IVG, tout en affirmant qu’il s’agit d’un droit auquel il ne toucherait pas.

Le texte présenté aux députés punit de deux ans de prison et 30 000 euros d’amende le « militantisme anti-IVG 2.0 », selon l’expression de sa rapporteure, Catherine Coutelle (PS, Vienne). « La bataille de l’information devient centrale, a-t-elle estimé. Ces sites avancent masqués. » Sont visées plusieurs plates-formes (IVG.net, Avortementnet, Ecouteivg.org) qui, malgré une apparence officielle, véhiculent une information jugée dissuasive.

  Source: lemonde.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.