Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

lundi, 25 août 2014 00:00

Liberté de religion et droits de l’homme : une mise en œuvre parfois délicate

Écrit par 

Que devient l’idéal de la Déclaration universelle des droits de l’homme lorsqu’il est confronté aux pressions et résistances de la réalité politique et sociale des États ? Depuis une trentaine d’années, le Rapporteur spécial veille, mandaté par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme.

« Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion. » Dans l’élan de notre nouveau siècle, décidément bien tourmenté, nul n’est censé ignorer ce célèbre article 18 du Préambule de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Ce droit, qui sonne désormais comme une évidence, se décline en ses diverses dispositions : chacun possède théoriquement « la liberté de changer de religion ou de conviction », celle de « manifester sa religion ou sa conviction » et ce, « seul ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites ».  

Au-delà d’un débat sur la légitimité a priori de ces directives, aujourd’hui, c’est bien leur mise en œuvre qui interpelle. Entre cet idéal énoncé dans les textes et les contraintes et pressions de la réalité politique et sociale des États, au mieux, raideurs et tiraillements sont inévitables.

  Source: lemondedesreligions.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.