Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

lundi, 04 juillet 2016 00:00

Sacs plastique biodégradables, une réelle avancée pour l'environnement ?

Écrit par 

Alors que depuis peu les sacs de caisse à usage unique non réutilisable sont interdits, les sacs plastique au rayon fruits et légumes sont encore autorisés… mais plus pour longtemps. Bientôt les sacs plastique biodégradables vont les remplacer mais quels dangers pour l'environnement ?

Depuis le 1er Juillet 2016, les sacs de caisse en plastiques non réutilisables sont interdits. Du coup, les industriels du sac plastique doivent proposer aujourd'hui des sacs d'une épaisseur au moins supérieure à 50 microns, considérés ainsi plus résistants et donc plus adaptés à des usages multiples. Le nombre de sacs plastique produits et distribués devrait nettement diminuer d'autant qu'aujourd'hui la plupart de ces nouveaux sacs plus épais sont payants. Un argument qui peut sûrement dissuader les clients d'en acheter à tous les coups.

Les sacs plastique au rayon fruits et légumes autorisés jusqu'en janvier 2017

Encore un peu de répit dans ce secteur et pour cause : la nouvelle norme imposée exige dans un premier temps 30% de matière végétale dans les prochains sacs plastique biodégradables, ce qui contraint un certain nombre d'industriels à innover. Néanmoins, sur ce marché les entreprises françaises s'en sortent plutôt bien. A l'image de l'entreprise J&M Plast du Groupe Sphere prêt à bondir sur ce nouveau marché. "On peut d'ores et déjà atteindre 40% de matière végétale… Par ailleurs, on est le seul groupe aujourd'hui en Europe et probablement mondial à avoir des brevets sur la matière biodégradable et également à être transformateur de la matière. On a la totalité de la chaîne, depuis la pomme de terre jusqu'au sac fruits et légumes dans le rayon". Toutefois, cette innovation a un coût, le sac biodégradable nouvelle génération serait trois à quatre fois plus cher que l'actuel sac. Mais selon le président de J&M Plast "le consommateur ne devrait pas trop le sentir … car à la base, le sac en polyéthylène fossile était très très peu cher", affirme Christophe Bergamo.

  Source: actu-environnement.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.