Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mardi, 03 avril 2018 00:00

L'agroécologie pourrait nourrir et sauver la planète, selon l'ONU

Écrit par 

Pour nourrir le monde tout en préservant la planète du réchauffement, l'ONU encourage l'agroécologie, un tournant historique après plusieurs décennies de "révolution verte" basée sur l'agriculture intensive, désormais au banc des accusés.

"Nous avons besoin de promouvoir des systèmes alimentaires durables (...) et de préserver l'environnement: l'agroécologie peut aider à y parvenir", a déclaré mardi le directeur-général de l'Agence des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) José Graziano da Silva, en ouverture du deuxième symposium international sur l'agroécologie à Rome.

Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, le développement de l'agriculture basé sur l'utilisation massive d'engrais et de ressources chimiques (pesticides, herbicides, fongicides..) destinés à augmenter les rendements pour parvenir à assurer la sécurité alimentaire de la planète a eu un prix élevé pour l'environnement, a-t-il souligné.

"Les sols, les forêts, l'eau, la qualité de l'air et la biodiversité continuent de se dégrader alors que cette augmentation de la production à tout prix n'a pas éradiqué la faim dans le monde", a-t-il admis.

L'ancien ministre français de l'Agriculture Stéphane Le Foll, invité d'honneur de la session d'ouverture du symposium pour son soutien actif à l'agroécologie depuis 2012, a pour sa part appelé à une "révolution doublement verte, qui s'appuie sur la nature". "La FAO a été le lieu de la première révolution verte, elle doit être le lieu d'une révolution doublement verte" a-t-il dit.

  Source: ladepeche.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.