Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

CPDH-Médias

CPDH-Médias

vendredi, 12 juillet 2019 00:00

MORT DE VINCENT LAMBERT : PARMI LES RÉACTIONS

Vincent Lambert est décédé hier à 8h24.« Avec Vincent Lambert est mort notre respect des plus faibles »,explique Grégor Puppinck, directeur du Centre européen pour le Droit et la Justice.

Dans une tribune publiée dans Le Monde, l’écrivain Michel Houellebecq rappelle que« Vincent Lambert n’était nullement en proie à des souffrances insoutenables, il n’était en proie à aucune souffrance du tout. Il n’était même pas en fin de vie. Il vivait dans un état mental particulier, dont le plus honnête serait de dire qu’on ne connaît à peu près rien ». Il ajoute :« Dans ces conditions, fallait-il tuer Vincent Lambert ? Et pourquoi lui, plutôt que les quelques milliers de personnes qui à l’heure actuelle, en France, partagent son état ? Il m’est difficile de me défaire de l’impression gênante que Vincent Lambert est mort d’une médiatisation excessive, d’être malgré lui devenu un symbole ; qu’il s’agissait, pour la ministre de la santé « et des solidarités », de faire un exemple. D’« ouvrir une brèche », de « faire évoluer les mentalités ». C’est fait. Une brèche a été ouverte, en tout cas. Pour les mentalités, j’ai des doutes. Personne n’a envie de mourir, personne n’a envie de souffrir : tel est, me semble-t-il, l’« état des mentalités », depuis quelques millénaires tout du moins ».

 

  Source: genethique.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

mardi, 16 juillet 2019 00:00

Le vrai coût de la PMA en France

Selon l'Assurance maladie, les PMA ont coûté un peu moins de 300 millions d'euros en 2014. Le Pr Grynberg avance un chiffre de 5 000 euros environ par PMA.

La révision de loi bioéthique, présentée le 26 juillet en conseil des ministres, doit être débattue en septembre à l'Assemblée nationale. Le texte prévoit notamment d'ouvrir la procréation médicalement assistée (PMA), aux couples lesbiens, ainsi qu'aux femmes seules. Les actes de PMA, pour l'instant réservés aux couples infertiles, sont intégralement remboursés par l'Assurance maladie. Cette prise en charge, encadrée par leCode de la sécurité sociale,est prévue dans la limite d'une seule insémination artificiellepar cycle menstruel,avec un maximum de six tentatives, et de quatre tentatives de fécondation in vitro (FIV) pour obtenir une grossesse. En juin 2019, Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, a confirmé que la PMA serait également remboursée pour les couples de femmes et les femmes seules. « À titre personnel, je souhaite le remboursement, sinon ce sera un droit formel, mais pas un droit réel », avait averti la ministre.

  Source: www.lepoint.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

« Consécration d’une quasi-censure privée », « menace sur la liberté d’expression », « approche répressive »… Dans un avis (47 voix « pour », une voix « contre »), publié le 13 juillet au Journal officiel, la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) « s’inquiète pour les libertés fondamentales » après l’adoption, le 9 juillet par les députés, de la proposition de loi visant à lutter contre la haine sur Internet. Si elle « souscrit pleinement» à l’objectif affiché par cette proposition de loi, elle « recommande le retrait de l'article 1er (…)et la réécriture des autres articles».
Pour rappel, l’article 1er, le plus discuté et critiqué en séance publique (lire Maire info du 9 juillet), contraint grands réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, YouTube…) et moteurs de recherche (Google, Qwant, Bing) à supprimer ou déréférencer dans les vingt-quatre heures un contenu « manifestement illicite » signalé par un internaute ou un utilisateur, sous peine de sanctions pénales. Une disposition qui ferait peser, selon la commission, « une menace disproportionnée sur la liberté d’expression » et « un risque de censure ».

  Source: www.maire-info.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Page 3 sur 1133

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.