Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

vendredi, 16 mars 2018 00:00

Sondage L’Obs : 32% des Français seraient favorables à la GPA, soit une baisse de -5% par rapport à 2016

Écrit par 

L’hebdomadaire L’Obs fait sa une cette semaine, « PMA-GPA, les Français sont pour ! ». Est-ce si vrai ? Rien n’est moins sûr. En effet, à y regarder de plus près, les résultats du sondage qui justifie cet emballement offrent un tout autre son de cloche.

Concernant la gestation pour autrui (GPA), 32% disent « oui, pour les couples hétérosexuels et homosexuels sans conditions » En revanche, 23% posent des conditions. Il y a donc une entourloupe quand L’Obs dit que 55% des Français sont favorables à la GPA. C’est faux. Ils sont 32%. D’ailleurs ce chiffre est en baisse d’au moins 5% ; les Français étaient 37% en 2016.  La raison de cette baisse ? Le sondeur, Erwan Lestroha, la donne : « le droit à l’enfant ne prévaut pas, selon eux, sur les droits de l’enfant ».

Pour l’ouverture de la procréation médicalement assistée aux femmes seules et couples de femmes, la même baisse est également notable : 58% des sondés y sont favorables en 2018, contre 61% en 2016.

En conclusion, les Français s’interrogent fortement. Et lorsqu’il est permis à tous les courants d’opinion de s’exprimer dans un débat non manichéen, nos compatriotes montrent qu’ils refusent l’ultralibéralisme de la GPA et de la PMA. Une preuve ? A la question d’indemniser ou pas les donneurs de sperme pour inciter au don et éviter les pénuries ils sont 87% à vouloir conserver la gratuité du don pour éviter des dérives commerciales.

  Source: lamanifpourtous.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.