Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mardi, 18 septembre 2018 00:00

PMA, GPA : quel rôle va jouer la CEDH ?

Écrit par 

La plus haute juridiction européenne a déjà jugé, par le passé, que les enfants illégitimes ont le droit de connaître leur véritable père ; elle doit maintenant se pencher sur le cas d'enfants nés, eux aussi «hors mariage», mais d'une mère porteuse (GPA) et par don de sperme (PMA-anonyme).

Ces enfants ont-ils le droit de connaître leur véritable identité? Les adultes ont-ils le droit de la leur cacher? Plus encore, l'État a-t-il l'obligation de la leur cacher? Cette question, aussi ancienne que l'adultère, est renouvelée depuis que la PMA a fait de la conception d'enfants «hors mariage» une nouvelle industrie.

Dans les trois affaires de GPA qui concernent des enfants nés aux États-Unis, en Ukraine et au Ghana , l'avocate activiste Caroline Mécary demande à la Cour de condamner la France à mentir en désignant comme «mère» de chaque enfant non plus la femme qui l'a porté et lui a donné naissance, mais celle qui a payé pour cela.

Pourtant, les femmes à l'origine de ces recours devant la CEDH peuvent déjà adopter l'enfant que leur conjoint a conçu avec une mère porteuse. Elles peuvent en devenir «mères adoptives» selon le droit français. Alors pourquoi de tels recours, si ce n'est pour obtenir de pouvoir cacher à l'enfant sa propre origine et pour faciliter la pratique de la GPA? Il est probable que les activistes y voient aussi un intérêt idéologique majeur: celui d'obtenir de la Cour l'abolition du principe ancestral fondamental suivant lequel «la mère est la femme qui accouche». La filiation deviendrait alors subjective, résultant de la seule volonté des adultes... et de l'évolution des techniques de procréation artificielle.

  Source: lefigaro.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.