Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

samedi, 03 novembre 2018 00:00

Une campagne d'appel au don de gamètes en plein débat sur la PMA pour toutes

Écrit par 

L'agence de Biomédecine lance un appel aux dons alors que la PMA pour toutes pose la question de la pénurie de sperme et pourrait bouleverser la règle de l'anonymat du don.

«Des spermatozoïdes j'en ai des millions, je ne vois pas pourquoi je les garderais pour moi alors que d'autres en ont besoin...». Alors que le gouvernement s'apprête à présenter son projet de loi sur la PMA pour toutes, l'agence de la Biomédecine lance du 3 au 18 novembre une nouvelle campagne nationale de sensibilisation au don de gamètes dans un contexte incertain. Cette année, elle a choisi de mettre l'accent sur l'empathie et la solidarité des donneurs de spermatozoïdes et d'ovules envers les couples qui ne peuvent pas avoir d'enfants. Mais la loi pourrait évoluer en 2019 en autorisant l'insémination avec donneur aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires, sans condition d'infertilité. L'agence mise sur deux spots radio et une campagne web pour recruter de nouveaux donneurs et répondre aux besoins des quelque 3000 couples concernés par une infertilité médicale et qui ont besoin d'un don pour procréer.

«Le nombre de donneurs et de donneuses a progressé régulièrement ces dernières années, se félicite l'agence de Biomédecine. La tendance s'est accentuée en 2016 avec 38% de donneuses et 42% de donneurs en plus par rapport à 2015». Ainsi, 746 femmes ont donné des ovocytes et 363 hommes ont donné des spermatozoïdes en 2016, selon les dernières données disponibles.

  Source: lefigaro.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.