Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mercredi, 23 janvier 2019 00:00

Trisomie 21 : un nouveau dépistage, moins invasif, plus radical

Écrit par 

Le président de la Fondation Jérôme-Lejeune dénonce le nouveau système de dépistage de la trisomie 21 remboursé par l’assurance-maladie. Il redoute de le voir favoriser l’élimination systématique d’enfants à naître trisomiques.

Le gouvernement a introduit définitivement en décembre dernier la pratique du dépistage prénatal non invasif (DPNI) dans le suivi des grossesses. Il convient de se demander ce que change cette décision dans la mesure où l’on connaît l’acharnement qui existe déjà pour traquer la trisomie 21. Le principal argument avancé par les défenseurs du DPNI est notamment la réduction des risques de fausse-couche de la femme, lié aux amniocentèses.

La quasi-totalité des enfants diagnostiqués trisomiques sont avortés.

Il est vrai que la quasi-totalité des enfants diagnostiqués trisomiques avant la naissance sont aujourd’hui éliminés, ceci étant possible jusqu’au terme de la grossesse en stricte application de la loi. Sauf indication contraire des parents ou défaillance de la machine à trier, tous les fœtus diagnostiqués trisomiques sont avortés. Le DPNI porte à sa perfection la politique eugéniste déjà mise en place en visant à l’éradication complète des enfants porteurs de trisomie. Il est présenté comme plus fiable, plus précoce, plus confortable, plus économique. Une usine à gaz a été construite pour renforcer une politique qui n’est ni médicale, ni scientifique et encore moins philanthropique mais lucrative pour les fabricants de tests.

  Source: fr.aleteia.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.