Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

lundi, 07 octobre 2019 00:00

Bioéthique : le pari d’une résistance sociale au « Meilleur des mondes »

Écrit par 

Le mouvement du 6 octobre s’oppose avant tout à l’avènement d’une société dominée par une technicisation particulièrement déshumanisante. La prise de conscience du lien entre les dérives bioéthiques et la démesure du productivisme marchand pourrait élargir la base populaire du mouvement.

Le succès de la manifestation « Marchons Enfants » du 6 octobre montre qu’il existe une base de mobilisation solide et nombreuse pour résister au « Meilleur des mondes » promis par l’industrie biotechnologique. Dans son discours de clôture, Franck Meyer a cité l’auteur du Meilleur des mondes, Aldous Huxley, qui appelait de ses vœux, en 1946, « un grand mouvement populaire à grande échelle » contre les projets démiurgiques. À cet égard, le rassemblement Marchons Enfants constitue une étape.

Face à une contre-civilisation techno-marchande

Ce dimanche 6 octobre, il a beaucoup été question, parmi les manifestants et les orateurs, de marchandisation de l’humain, du corps et de la vie humaine. Cela traduit une prise conscience d’un aspect majeur de notre histoire contemporaine : les évolutions dites « sociétales » constituent un outil d’hégémonie du turbo-capitalisme postmoderne. S’il doit y avoir un adversaire dans cette affaire, ce n’est pas le « lobby LGBT », ce ne sont pas les « minorités sexuelles », ce sont les puissances qui s’attachent à l’avènement d’une civilisation techno-marchande universelle, ou plutôt une contre-civilisation purement matérialiste qui prend progressivement le contrôle de la totalité, ou presque, des réalités humaines pour les travestir en réalités marchandes.

  Source: fr.aleteia.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.