Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mercredi, 25 juin 2014 00:00

PMA, GPA : « Ils sont obligés de fabriquer des enfants adoptables »

Écrit par 

Dans son dernier ouvrage, la juriste Aude Mirkovic explique de façon simple et claire les conséquences juridiques de l'ouverture de la PMA et la GPA aux couples de même sexes.

Pourquoi ce livre, alors que l'ouverture de la GPA et de la PMA n'est pas envisagée actuellement par le gouvernement ?
Contrairement à ce que l'on croit, la question est l'ordre du jour. C'est la loi sur le mariage et l'adoption par les personnes de même sexe qui met ces questions à l'ordre du jour. Que dit en effet cette loi ? Que deux hommes ou deux femmes peuvent ensemble être parents. Mais, pour cela, ils sont obligés d'avoir recours à la fabrication d'enfants adoptables, c’est-à-dire de fabriquer un enfant sans père ou sans mère, pour laisser la place à la seconde femme, ou au second homme. Que deux femmes ou deux hommes puissent s'occuper d'un enfant n'est pas la question. La question est qu’ils ne peuvent engendrer ensemble et qu’avoir des enfants exige pour eux de commencer par priver un enfant d’un de ses père et mère pour le rendre adoptable. Si la loi française interdit cela, des gens vont à l’étranger fabriquer ces enfants sans père ou sans mère et mettent ensuite la pression sur les juges, pression qui remonte au Parlement. Tant que la loi sur le mariage n’est pas abrogée, PMA et GPA sont à l’ordre du jour.

Alors, à qui est destiné ce livre ?
A tout le monde ! Il suffit de savoir lire et d’avoir un petit peu de bon sens. J’ai écrit ce livre sur la GPA et la PMA pour que chacun comprenne les enjeux de ces techniques pour notre société. 

  Source: aleteia.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.