Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

Bioéthique

Bioéthique

Les enfants nés grâce à un donneur pourront réclamer des informations sur celui-ci à leur majorité, déclare Agnès Buzyn au « JDD ». Le gouvernement entend, par ailleurs, autoriser la congélation des ovocytes.

Permettre à un enfant d’avoir accès à ses origines : tel est l’un des objectifs du projet de loi de bioéthique, comprenant l’ouverture à toutes les femmes de la procréation médicalement assistée (PMA), défendu par la ministre de la santé, Agnès Buzyn. Dans un entretien au Journal du dimanche (JDD), publié le 23 juin, elle affirme souhaiter « lever le voile sur l’origine de la filiation » pour les enfants nés grâce à un donneur, afin qu’ils accèdent à des informations sur celui-ci à leur majorité.

« Il faut établir une filiation qui a la même portée et les mêmes effets que la filiation biologique ou adoptive sans bouleverser le droit de la filiation actuel. Elle reposerait sur une reconnaissance de filiation avant la naissance du bébé », explique la ministre, qui se dit favorable à la création d’« un nouveau type de filiation qui concernera aussi les couples hétérosexuels qui ont recours à un don » :

« Aujourd’hui, de nombreux enfants ne savent pas qu’ils sont nés grâce à un donneur. Ce n’est inscrit nulle part, c’est un secret de famille. »

  Source: www.lemonde.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Invité du Grand Rendez-vous sur Europe 1, l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy estime que l'ouverture de la PMA aux couples de femmes est un premier pas vers la légalisation de la GPA, qu'il dénonce comme une "marchandisation des corps".

La loi bioéthique arrivera en Conseil des ministres le 26 juillet, avec notamment l’extension de la PMA pour les couples de femmes, promesse de campagne d’Emmanuel Macron. La droite, qui s’était fortement mobilisée contre le Mariage pour tous sous François Hollande, semble désormais moins unie sur ce sujet. "Je pense que je suis plutôt opposé à la PMA", a déclaré pour sa part Éric Woerth, le député LR de l’Oise, au micro dimanche du Grand rendez-vous Europe 1/CNews/Les Echos, tout en reconnaissant que le sujet était "compliqué".

"Je crois au bonheur des enfants, au bonheur des familles, je crois aussi qu’il y a une filiation naturelle. Je vois que le gouvernement propose des choses très complexes avec l'ouverture d'une troisième condition de filiation", poursuit l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy. Avant d’avertir : "Je pense que c'est un engrenage incroyable vers la gestation pour autrui."

  Source: www.europe1.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

C’est ce qu’a annoncé le Premier ministre, ce mercredi 12 juin, à l’Assemblée nationale. Le projet de loi de révision de la loi de bioéthique sera examiné à l’automne, au Parlement.

Édouard Philippe l’a confirmé ce mercredi 12 juin lors de son discours de politique générale devant les députés : le projet de loi sur la révision des lois de bioéthique est prêt. Il sera présenté au Conseil des ministres fin juillet, débattu au Parlement à l’automne. Et il autorisera le recours à la procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes les femmes. Jusqu’à présent, la PMA (insémination, fécondation in vitro…) n’est autorisée que pour les couples hétérosexuels infertiles.

  Source: www.ouest-france.f

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

C’est un projet de loi qui a fait couler beaucoup d’encre, mais qui semble malheureusement susciter de moins en moins l’intérêt malgré les enjeux considérables qu’il porte. Les chef du gouvernement a annoncé lundi 29 avril que la loi de bioéthique serait présentée en Conseil des ministres en juillet, et à bien des égards cette nouvelle peut inquiéter.

Dans un entretien pour Le Figaro, le professeur en droit Jean-René Binet ne cache d’ailleurs pas ses réticences vis à vis de ce projet de loi bioéthique, qui selon lui n’est autre qu’une « révolution anthropologique sans précédent ». Il y a un an, lors de la première présentation du projet de loi et des États Généraux de la Bioéthique, les tensions s’étaient principalement cristallisées sur l’ouverture de la PMA au couple lesbien et aux femmes seules.

Le projet d’extension de la PMA avait alors été présenté par le gouvernement comme un moyen de lutter contre une discrimination. Pourtant les juridictions consultées sur ce point ont toutes été unanimes. La PMA, telle qu’elle existe aujourd’hui pour les couples hétérosexuels, n’est pas discriminatoire.

  Source: www.infochretienne.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

dimanche, 05 mai 2019 00:00

Crise sociale et loi bioéthique

La semaine dernière, au milieu du dispositif présenté pour sortir par le haut du Grand débat et de la crise des Gilets jaunes, le Gouvernement a annoncé pour juillet une loi sur la Bioéthique. Celle-ci ouvrirait la PMA aux femmes seules ou en couples.

Cette question intime est extraordinairement délicate. Loin de juger des personnes ou des situations, il s'agit ici de s'interroger sur différents aspects de l'ouverture PMA, sur la portée d'une telle loi et sur son opportunité aujourd'hui.

Le Président de la République avait assuré vouloir ouvrir la PMA s'il y avait un consensus. Or, les États généraux de la bioéthique ont démontré que ce consensus n'existait pas. Pas plus qu'il n'existe au sein du Comité national d'éthique (CCNE) qui tout en affirmant une position favorable, l'a clairement rappelé : «Ce sujet [...] ne fait pas consensus, même au sein du CCNE.» (1) Parmi les risques : la fragilisation du principe de non-commercialisation des éléments du corps humain en raison de la pénurie de gamètes déjà sensible. À cette absence de consensus, s'ajoute la question du calendrier. Est-ce le moment de remettre la loi bioéthique sur l'établi alors qu'une crise sociale de grande ampleur bat son plein dans le pays ?

  Source: www.ouest-france.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Le projet de loi sur la bioéthique, dont l’extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules est le point le plus sensible, doit être présenté en juillet.

POLITIQUE - Le premier ministre Édouard Philippe a annoncé que le projet de loi bioéthique, qui doit intégrer l’ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes, sera présenté en juillet. Cette annonce intervient à l’issue du séminaire gouvernemental qui se tenait ce lundi 29 avril. 

“C’est au mois de juillet que nous présenterons en Conseil des ministres le projet de loi bioéthique sur lequel nous nous sommes engagés”, a déclaré le Premier ministre devant la presse. “C’est donc dans les trois mois qui viennent, beaucoup de travail pour le gouvernement, mais pas seulement pour le gouvernement”. 

  Source: www.huffingtonpost.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Page 2 sur 110

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.