Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

Handicaps

Handicaps

Tugdual Derville était l’invité du Carrefour de l’Info sur CNews le 1er juillet 2019, dans un débat avec François Lambert et Georges Fennech, pour évoquer la décision de la Cour de Cassation concernant Vincent Lambert du 28 juin 2019.

Verbatim issus de cette émission :

Il y a beaucoup d’amour et de souffrance des deux côtés, dans cette affaire. En 2013, au bout de 21 jours d’un arrêt d’alimentation et d’hydratation qui leur avait été caché, dissimulé, les parents ont protesté, ils se sont battus, et ils ont obtenu 10 jours plus tard par la justice le retour de cette alimentation et hydratation.Il faut comprendre leur colère ; à partir du moment où on a tenté de faire mourir Vincent Lambert, comment peuvent-ils avoir confiance dans cet établissement hospitalier ?

  Source: www.tugdualderville.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Ce vendredi, la Cour de cassation a cassé la décision de la cour d'appel de Paris du 20 mai, qui « avait ordonné la reprise de l’hydratation et de l’alimentation de Vincent Lambert. L'Etat, les ministères de la Santé et des Affaires étrangères et le CHU de Reims s'étaient pourvus en cassation (cf. Affaire Vincent Lambert: le gouvernement dépose un pourvoi devant la Cour de Cassation).

La Cour de cassation ne se prononce pas sur l'autorité des mesures conservatoires de l’ONU ; elle se déclare seulement incompétente, estimant que cette question relève de la compétence du juge administratif. Les mesures conservatoires de l'ONU demeurent.

Lire également :

Vincent Lambert : l'ONU réitère sa demande de maintien de l'alimentation et de l'hydratation

Affaire Vincent Lambert : sa mère réclame le «secours» de l'ONU

  Source: www.genethique.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Comme Vincent Lambert, ils sont 1500 en France, cérébro-lésés. Le Figaro publie l’histoire de trois d’entre eux. Ils vivent à la maison, avec leurs proches.

Jean-Pierre Adams, ancien international de football, 70 ans maintenant, est diagnostiqué en état végétatif depuis 1982 à la suite d’une erreur d’anesthésie intervenue pour une banale opération du genou. « Après de brefs passages à l’hôpital, d’où elle l’a exfiltré en 1983 après qu’il y a développé des escarres », Bernadette Adams a toujours gardé son mari à domicile : «Là-bas, on ne s’occupait pas de lui : il avait perdu 11 kilos quand je l’ai repris». Le footballeur pèse aujourd’hui 70 kilos. « C’est bien la preuve qu’il a de l’appétit. Alors, arrêter de le nourrir... Jamais ! ». Elle n’a pas renoncé à le voir retrouver sa lucidité : « J’ai toujours l’espoir de quelque chose. Pourquoi pas ? ». Elle lui prépare un bol mixé de fraises : « Il aime ça et il me le fait bien comprendre», explique Bernadette Adams qui craint plus que tout de mourir avant son époux.

  Source: www.genethique.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Dans cette déclaration au sujet du cas de Vincent Lambert, des pasteurs évangéliques et des médecins réaffirment la dignité de toute vie.

“Sur le cas personnel de Vincent Lambert nous ne voulons ni ne pouvons nous prononcer car nous ne sommes pas à la place de Vincent Lambert ni de ses proches et nous n’avons pas accès aux informations qui ont amené différentes équipes médicales à se prononcer pour l’arrêt de la nutrition et de l’hydratation artificielles. Néanmoins nous nous accordons sur le fait qu’il est légitime que cet arrêt fasse débat d’un point de vue éthique. En effet Vincent Lambert n’est pas en fin de vie et il n’est pas en état de dire aujourd’hui s’il souffre et s’il désire l’arrêt ou pas des moyens qui le maintiennent en vie. Car du fait de ses lésions cérébrales, il est dans l’incapacité de s’exprimer et de subvenir à ses besoins fondamentaux. Mais nous rappelons que c’est une situation singulière qui ne saurait être généralisée, et complexe à laquelle on ne peut apporter de réponses simples.

  Source: www.reforme.net

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Les parents de Vincent Lambert ont assigné le docteur Sanchez et le CHU de Reims pour «non-assistance à personne en péril». La date de la future audience correctionnelle, qui examinera le fond de l’affaire, doit être fixée ce mardi.

Le marathon judiciaire autour de Vincent Lambert continue. Alors que le 20 mai, l’hôpital de Reims avait amorcé l’arrêt des soins, la cour d’appel de Paris avait ordonné contre toute attente la reprise de l’hydratation et de l’alimentation du patient, plongé dans un «état végétatif chronique irréversible» depuis 10 ans. Le même jour, les parents de l’ancien infirmier assignaient le CHU de Reims et le docteur de leur fils, Vincent Sanchez, devant le tribunal correctionnel.

«Il s’agit de faire valoir que le médecin et l’hôpital, en décidant d’arrêter d’hydrater et d’alimenter Vincent Lambert malgré les mesures provisoires formulées par le Comité international des droits des personnes handicapées de l’ONU, agissaient en dehors du droit», faisait alors valoir l’avocat des parents, Me Jean Paillot.

  Source: www.lefigaro.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

C'était en 2009. Atteinte d'un syndrome extrêmement rare, Angèle Lieby est devenue comme prisonnière de son corps. Durant douze jours, on l'a crue presque morte alors qu'elle était pleinement consciente de ce qui se passait autour d'elle. Dans un livre témoignage paru en 2012, elle raconte son histoire.

« Aujourd’hui, je sais qu’il est essentiel de parler même à ceux que l’on croit morts ». L’auteur de cette phrase, Angèle Lieby, sait de quoi elle parle. Cette ancienne ouvrière l’a expérimenté dans sa chair, ainsi qu’elle le décrit dans son livre témoignage, Une larme m’a sauvée, paru en mars 2012.

  Source: fr.aleteia.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Page 1 sur 44

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.