Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mercredi, 05 avril 2017 00:00

L’avortement, liberté ou vulnérabilité ?

Écrit par 

La vulnérabilité sociale et physique des femmes limite leur potentiel de révolte et de mobilisation. Cette condition pèse lourdement sur le choix ou non d’avorter.

Dans nombre de pays, l’avortement agite à nouveau les esprits. La récente controverse autour des propos anti-avortement tenus par un professeur de l’UCL n’est, à cet égard, qu’un symptôme de la réactivation plus large d’une polémique que beaucoup pensaient close. Si le ton et les arguments adoptés dans ces controverses peuvent faire frissonner, remettre cette question en débat n’est pas forcément un mal. Cependant, face aux positions caricaturales en présence, il serait souhaitable d’explorer des formes d’argumentation alternatives, qui feraient avancer la liberté tout en s’ancrant dans une perspective réaliste.

Certes, le retour d’un argumentaire moral et religieux contre cette pratique choque, à l’heure où semble acquise la liberté individuelle de choisir sa conception de la vie bonne. Et la présentation de l’avortement comme un « crime » a de quoi effrayer par son conservatisme et son rapport souvent dogmatique à la religion comme guide éthique suprême. Néanmoins, les réponses apportées par les mouvements dits « progressistes » – la sacralisation du « droit à l’IVG » comme victoire féministe supposée garantir aux femmes la « libre disposition de leur corps » – sont loin d’être convaincantes.

Un discours trop éloigné des réalités

De fait, nombre de femmes « ordinaires » et peu politisées observent ces débats avec une distance teintée de scepticisme. Si beaucoup s’opposent à la qualification des femmes qui avortent comme « criminelles » ou renégates, elles rechignent malgré tout à rejoindre les rangs des défenseurs du droit à l’avortement et des mouvements féministes en général. Et, en effet, le discours porté par ces courants est tout à la fois simplificateur et éloigné de la réalité concrète des femmes concernées.

  Source: plus.lesoir.be

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.