Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mardi, 03 avril 2018 00:00

Faut-il inscrire le droit à l'IVG dans la Constitution ?

Écrit par 

Le Sénat étudie ce mardi une proposition de loi en ce sens venue d'élus communistes. Objectif: faire de l'accès à l'avortement un «principe fondamental de notre République».

Faut-il inscrire le droit à l'IVG dans la Constitution ?

Bourrasques et houle à prévoir au Palais du Luxembourg : les sénateurs, majoritairement à droite, examinent ce mardi une proposition de loi visant à inscrire le droit à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) dans la Constitution. Le texte, voulu par des élus communistes, dont Eliane Assassi (Seine-Saint-Denis), Laurence Cohen (Val-de-Marne) ou Dominique Watrin (Pas-de-Calais), vise à élever le droit à l’avortement au «rang de principe fondamental de notre République».

Prévu par la loi Veil de janvier 1975, le droit à l’IVG a besoin d’être «consolidé», selon les initiateurs de cette proposition de loi, qui en veulent pour preuve sa «remise en cause, au centre des combats engagés par les forces réactionnaires à l’échelle européenne et en France». D’où l’idée, déjà émise pendant la campagne présidentielle par le candidat La France insoumise Jean-Luc Mélenchon, de «graver dans le marbre» de la Constitution cet acquis obtenu de haute lutte.

  Source: liberation.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.