Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mardi, 08 mai 2018 00:00

Débat sur la dépénalisation de l'avortement en Belgique

Écrit par 

Pratiquer un avortement et être poursuivi par la justice est un scénario toujours envisageable en Belgique. Les législateurs s'interrogent donc sur la possibilité de dépénaliser l'IVG, l'interruption volontaire de grossesse.

Actuellement plusieurs conditions doivent être remplies pour ne pas entraîner de poursuites judiciaires: l'acte doit se faire au cours des 12 premières semaines de grossesse, il faut respecter un délai de 6 jours entre la première visite médicale et l'IVG et il faut aussi la reconnaissance par un médecin de l'état de détresse chez la femme enceinte.

Chloé est mère d'un enfant. Elle a décidé par la suite d'avorter pour des raisons financières. Selon elle la pénalisation de cet acte rend plus difficile le parcours des femmes qui veulent interrompre leur grossesse. "Je pense que ça reste toujours un tabou, c'est toujours considéré comme quelque chose de négatif", explique-t-elle. Chloé assure qu'elle n'aurait pas été capable d'élever deux bébés. 

  Source: medisite.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.