Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

Avortement

Avortement

Certaines femmes qui ont recours à l’avortement n’éprouvent pas les affres de la séparation et du regret, mais pour d’autres, au contraire, la culpabilité et le regret sont immenses et insurmontables.

Les socialistes ont déposé jeudi une proposition de loi visant à élargir le délit d'entrave à l'IVG, afin de pénaliser certains sites Internet.

Les députés socialistes vont déposer «très rapidement» une proposition de loi afin d'élargir le délit d'entrave à l'interruption volontaire de grossesse (IVG)aux sites internet de «désinformation» sur l'avortement, a indiqué mardi leur chef de file, Bruno Le Roux.

La rapporteuse du projet de loi Egalité et Citoyenneté, Françoise Gatel (UDI) compte donner un avis défavorable à l’amendement du gouvernement sur la pénalisation des sites dispensant des informations malhonnêtes sur l’IVG. En cause, une “irrecevabilité” juridique.

mercredi, 28 septembre 2016 00:00

Les Français et l'IVG

Alors qu’il y a actuellement en France chaque année environ 218 000 avortements pour 810 000 naissances, les Français se montrent partagés quant à cette situation. En effet, 48% considèrent qu’elle est normale car avorter est un acte auquel les femmes peuvent être exposées au cours de leur vie et, dans le même temps, 52% estiment que cette situation est préoccupante car avorter reste un acte que l'on préférerait éviter.

Peut-on parler de droit à l’IVG ? Ultime question en cette « Journée mondiale pour le droit à l’avortement ». Pour y répondre, Gènéthique a interrogé Grégor Puppinck qui publie « Droit et prévention de l’avortement en Europe »

Page 11 sur 31

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.