Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

dimanche, 04 janvier 2015 00:00

Le sort de Vincent Lambert entre les mains de la justice européenne

Écrit par 

La Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) se penche mercredi sur le sort de Vincent Lambert, un tétraplégique de 38 ans plongé dans un état végétatif, devenu l’objet d’une tragédie familiale et d’un débat de société.
Les juges de Strasbourg vont examiner, lors d’une audience, le conflit entre son épouse Rachel, qui souhaite le «laisser partir», et ses parents, qui refusent l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation artificielles de leur fils.

Mais il faudra encore attendre pour connaître l’épilogue de ce feuilleton judiciaire à rebondissements, la Grande chambre de la CEDH ne devant rendre son arrêt que «dans au moins un à deux mois», selon une source proche de l’institution.
Ce sont les parents, ainsi qu’une soeur et un demi-frère de Vincent Lambert, qui ont saisi la Cour. Ils contestent la décision du Conseil d’Etat, en juin, d’autoriser l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation artificielles qui le maintiennent en vie depuis plusieurs années.
Leur requête a conduit la CEDH à suspendre dans l’urgence cette décision, le jour où elle a été prise, le temps de mener sa propre procédure. D’ordinaire, cette dernière peut durer plusieurs années, mais la Cour européenne a accéléré le rythme pour cette affaire qui concerne la vie d’un homme.
Son instance suprême, la Grande chambre, a ainsi été saisie directement pour se prononcer sur la conformité de la décision de la plus haute juridiction administrative française avec la Convention européenne des droits de l’Homme.

  Source: dna.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.