Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

CPDH-Médias

CPDH-Médias

Au Portugal, la loi du 13 mai 2016 devait autoriser la gestation pour autrui pour des raisons médicales, pour des femmes n’ayant pas d’utérus ou souffrant de lésions de l’utérus empêchant la grossesse. Elle a cependant été déclarée en partie inconstitutionnelle en avril 2018 et « ses effets sont depuis lors suspendus ».

  Source: www.genethique.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Samedi, la première Papa (P)ride a mobilisé des pères « scandalisés par le projet de loi sur la PMA ».

Une manifestation citoyenne s’est tenue à Annecy ce samedi. À l’occasion de la révision du projet de loi bioéthique, une centaine de pères se sont mobilisés. Aux côtés de leurs enfants et en vélo, ils ont organisé la toute première Papa (P)ride. Leur objectif, « prendre la défense de ces enfants à naître demain, amputés totalement de père »

  Source: www.infochretienne.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

« L’embryon au cœur du débat » : le centre d’Assistance médicale à la procréation (AMP) du CHU lance une enquête sur la représentation de l’embryon dans la société.

À l’heure de la révision des lois de bioéthique, la question de la représentation de l’embryon humain est centrale. Ce n’est que très récemment, à l’échelle de l’humanité, que l’embryon est devenu visible (première échographie fœtale en 1958, suivie en 1978 de la première fécondation in vitro), et que chacun(e) a pu se faire une idée de sa représentation. Depuis, de nombreux artistes contemporains se sont interrogés sur la place de l’embryon et du fœtus dans nos sociétés et les ont représentés tantôt en objets de science, tantôt en êtres en devenir, fantasmés ou sacralisés.

  Source: www.chu-dijon.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Page 6 sur 1147

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.