Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

CPDH-Médias

CPDH-Médias

À moins de six mois du prochain scrutin local, le Conseil national des évangéliques de France (CNEF) a organisé une masterclass inédite pour les fidèles investis – ou désireux de s’engager – en politique. Avec pour objectif de les inciter, notamment, à faire davantage entendre leurs voix auprès des édiles.

Une journée «?placée sous le signe de la pédagogie, et de la mise en réseau?». En lien avec le Comité protestant évangélique pour la dignité humaine (CPDH), le Conseil national des évangéliques de France (CNEF) a organisé, il y a quelques jours, une masterclass inédite pour les chrétiens engagés – ou prêts à se lancer – en politique, dans la perspective notamment du scrutin municipal de mars 2020.

Conférence recensant «?dix conseils bibliques importants avant tout engagement en politique?» animée par le pasteur Éric Denimal (1), table-ronde avec de nombreux élus – députés, maires, adjoints, conseillers… –, ateliers pour réfléchir sur les «?forces et faiblesses de l’engagement politique chrétien?» ou pour apprendre à «?témoigner de sa foi dans [ces] milieux?»… Dense, cette initiative – qui s’est déroulée dans l’enceinte de l’Église Paris Métropole, dans le XIe arrondissement – invitait notamment les fidèles à davantage se manifester auprès de leurs édiles.

  Source: www.la-croix.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

lundi, 14 octobre 2019 00:00

GPA : LA FAUSSE INTERDICTION

Interdire la Gestation pour autrui (GPA) en facilitant sa pratique, c’est le tour de passe-passe auquel s’est livré le gouvernement en obtenant le rejet de l’amendement visant à légaliser le recours aux mères porteuses. Explication.

La GPA est-elle cette « ligne rouge infranchissable »du gouvernement, comme l’ont répété à maintes reprises les ministres lors des débats sur la révision de la loi de bioéthique ? En apparence oui, mais la rhétorique est trompeuse. Que s’est-il passé à l’Assemblée nationale, quelques jours avant l’adoption de la loi en première lecture ?

Épisode n° 1, le 3 octobre, treize députés emmenés par Jean-Louis Touraine (LREM) obtiennent par effet de surprise le vote d’un amendement en faveur de la GPA. Leur texte assimile les jugements étrangers rendus après GPA à des jugements d’adoption plénière pour établir la filiation d’un enfant à l’égard des « parents » commanditaires. Cet amendement est directement contraire aux engagements pris par la France en ratifiant la Convention de La Haye sur l’adoption internationale. Selon ce traité, une adoption ne peut être reconnue que si les consentements des parents biologiques « n’ont pas été obtenus moyennant paiement ou contrepartie d’aucune sorte », et seulement si « le consentement de la mère, s’il est requis, n’a été donné qu’après la naissance de l’enfant ». L’objectif est de prévenir « l’enlèvement, la vente ou la traite d’enfants ». Avec cet amendement GPA-Touraine, les jugements étrangers doivent être déclarés exécutoires sur le territoire français, sans que puissent « être opposés ni le mode de conception de l’enfant, ni le fait qu’il serait antérieur à la naissance de ce dernier ».

  Source: juristespourlenfance.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Les associations du collectif Marchons Enfants ont tenu ce jour une conférence de presse, à quelques heures du vote en première lecture par l’assemblée sur le projet de loi bioéthique (alors que devant le palais Bourbon, les gaz et les canons à eaux écartaient les pompiers…). Voici les revendications annoncées :

1. Un moratoire sur le projet de loi bioéthique

2. L'application du principe de précaution à la filiation humaine et la procréation

3. Un grand plan de lutte contre l'infertilité

4. La promotion d'une initiative internationale pour l'abolition de la GPA

Un appel adressé au président de la République est en ligne ici.

 

  Source: www.lesalonbeige.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Page 10 sur 1157

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.