Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

dimanche, 07 mai 2017 00:00

Alerte au suicide des ados : ce que les parents ne voient pas dans les nouveaux malaises que développent leurs enfants sur les réseaux sociaux comme à l’école

Écrit par 

Atlantico : Quelle est l'influence des réseaux sociaux dans les cas où des adolescents pensent à se suicider ? S'il peut arriver que voir la réussite ou la sociabilité des autres soit un élément qui renforce le malaise des jeunes les plus fragiles, peut-il s'agit d'un élément déclencheur à un tel acte ?

Florence Millot : Dans le cas des défis sur les réseaux sociaux, ils sont de plus en plus dangereux mais ils ne sont pas forcément la cause de ces suicides. Ils peuvent être des amplificateurs quand l'enfant a déjà un terrain fragile, quand il se pose des questions identitaires, qu'il ne sait pas trop où il en est par rapport à sa famille, par rapport au groupe mais aussi par rapport à sa confiance en lui. Il peut être pris dans un engrenage avec ces jeux qui lui donnent du pouvoir et qui le font changer de statut où il passe d'un jeune mal dans sa peau à un super-héros parce qu'il va rentrer dans le jeu, le défi qui est présenté sur internet.

Le regard des autres sur lui va changer. Il va avoir une conduite assez dangereuse, une conduite ordalique, c'est-à-dire à risques. Tous le bénéfice de ces jeux est dans le regard des autres qui va changer. 

L'un des problèmes, c'est qu'avec internet, tout se fait de manière cachée des parents et des adultes. Personne ne pourra poser un cadre sur ce qui est bien, ce qui est normal, sur ce qui est dangereux. L'adolescent va finir par se sentir piégé par le pouvoir et l'admiration qu'il aura reçu de ses amis. Ce piège ne s'applique pas pour tous les enfants, mais cela peut être un amplificateur. Il se dit que s'il rate, il va perdre sa place. La honte va être tellement grande qu'il ne voudra pas la vivre. Il aura alors une pulsion suicidaire. Ce n'est pas quelques chose de réfléchi avant, cela peut se faire assez rapidement en trois minutes. Cela reste rare, il faut que l'adolescent se retrouve dans un état de grande fragilité à la base. 

  Source: atlantico.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.