Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mercredi, 14 juin 2017 00:00

Paris veut s'afficher encore plus gay friendly

Écrit par 

Concurrencée sur le marché du tourisme LGBTQI à l'international, la mairie de Paris s'apprête à prendre une cinquantaine de mesures destinées à attirer les lesbiennes, homos, bi, trans, queer et intersexes.

«Faire de Paris la capitale LGBTQI friendly dans le monde.» C’est ainsi que Jean-Luc Romero, conseiller régional d’île de France et maire adjoint du 12e arrondissement de Paris, a présenté mardi son rapport épais de 136 pages consacré à la valorisation du «tourisme, de la culture et des nuits LGBTQI». Les idées ne manquent pas : sanctuariser la date de la marche des Fiertés, créer un label friendly pour les commerces et hôtels, intégrer les organisateurs identifiés de soirées LGBTQI au Conseil parisien de la Nuit… Au total, 52 recommandations ont été remises à Anne Hidalgo et ses équipes, dans un seul but, se positionner «de manière offensive» sur un marché de niche au fort potentiel économique.

Les chiffres ne trompent pas. Dans le dernier rapport annuel consacré au tourisme LGBTQI, publié en 2015 par l’agence américaine Community Marketing Inc., 50% des gays et bisexuels hommes formulaient leur préférence pour les destinations urbaines LGBTQI friendly et plus de 30% des lesbiennes et gays interrogés affirmaient organiser leurs voyages autour d’un événement qui les concernent directement. En Europe, selon la Gay European Tourism Association (GETA), le chiffre d’affaires du tourisme LGBTQI représenterait environ 8% du chiffre d’affaires total, soit 65 milliards de dollars.

  Source: liberation.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.