Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

vendredi, 15 juin 2018 00:00

Le cri d’alarme de médecins contre l'exposition précoce à la pornographie

Écrit par 

Plusieurs professionnels de santé exigent une meilleure application de la loi sur la protection des mineurs.

"Je suis surpris que l’on s’étonne de la violence faite aux femmes aujourd’hui sans s’attaquer aux racines du mal", déclare le Pr Israël Nisand, gynécologue et président du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (Cngof). Avec plusieurs professionnels de santé, il lance vendredi 15 juin un appel solennel au gouvernement pour lutter contre la diffusion massive d’images pornographiques, auxquelles les enfants sont exposés de manière extrêmement précoce. "Nous observons une inertie des politiques", poursuit le gynécologue.

"Une représentation faussée ou déviante des rapports sexuels et amoureux"

Le Cngof demande en premier lieu que la loi sur la protection des mineurs soit totalement respectée, ce qui n’est, selon eux, pas encore le cas. "Voir des images pornographiques aussi jeune constitue un traumatisme sexuel. D’habitude, on lutte pour la protection de l’enfance, et là, on ne fait rien", déplore le Pr Nisand. Pourtant, être confronté à de la pornographie très tôt peut avoir des répercussions graves sur le développement, comme l’explique une enquête Ipsos réalisée pour le Fonds actions addictions publiée le 8 juin. Cela peut provoquer "des crises d’anxiété, des troubles du sommeil, nourrir un sentiment douloureux de culpabilité et conduire à une représentation faussée ou déviante des rapports sexuels et amoureux", précise le rapport. "C’est une atteinte à la santé des femmes", ajoute le Pr Nisand.

  Source: allodocteurs.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.