Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

La mère porteuse avait confié l'enfant d'un homme en couple homosexuel à un autre couple, hétérosexuel : le père biologique s'est vu refuser par la Cour de cassation la garde de son enfant né illégalement par GPA.

L'affaire est complexe. Un homme qui avait contracté une convention de gestation par autrui (GPA) avec une femme en 2012, mais n'a jamais pu connaître son enfant, cette dernière ayant décidé de le confier a un autre couple, s'est vu refuser jeudi par la Cour de cassation la garde du bambin,rapporte Le Figaro. L'homme, Alexandre Lerch, est pourtant le père biologique de l'enfant en question.

  Source: www.lejsl.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Publié dans Famille

Un reportage de TF1 présentait dimanche le parcours de GPA d’un jeune couple français. À l’heure où la révision des lois de bioéthique pose la question de la PMA pour toutes les femmes, certains experts, à l’instar de Jean Leonetti, estiment que cette ouverture, aux couples de femmes et aux femmes célibataires, ne serait qu’une étape de plus vers la Gestation Pour Autrui (GPA).

  Source: www.infochretienne.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Publié dans Famille

Tugdual Derville était l’invité de CNews le 10 septembre pour débattre de la PMA et de la GPA dans le cadre de l’examen de la loi de bioéthique.

Verbatims issus de cette émission : « La gestation par autrui, c’est une très grave injustice au démarrage, et une transgression par ailleurs de nos lois éthiques :

Une injustice parce qu’une femme est utilisée, sous un contrat extrêmement fort, avec des interdictions multiples qui portent vraiment atteinte à ses droits fondamentaux. Elle est même obligée de livrer l’enfant à l’issue du contrat, même quand elle s’est reprise, et je l’ai dénoncé dans mon livre « Le temps de l’homme » avec Mélissa Cook.

Et puis l’enfant subit une maternité éclatée, et nous savons combien ce qui se passe entre celle qui attend un enfant, qui enfante, et l’enfant qu’elle attend n’a rien d’anodin : on le découvre de plus en plus. Organiser une séparation, un abandon par contrat est absolument contraire aux droits de l’enfant. »

  Source: www.tugdualderville.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Page 3 sur 58

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.