Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

Prostitution

Prostitution

Chaque Coupe du monde favorise-t-elle le tourisme sexuel ? Fortaleza, la ville qui accueille le Mondial cette année, est en tout cas considérée comme la capitale brésilienne de la prostitution. Carine Delahaie, rédactrice en cheffe de "Clara-magazine" et Sabine Salmon, présidente de l'association Femmes solidaires, dénoncent cette exploitation organisée.

Des enfants âgés de seulement 10 ans sont contraints à se vendre pour du sexe dans les rues du Brésil dans le but de se faire du fric avec l’arrivée des fans de football pour la Coupe du monde de football.
Et puisque 600.000 fans étrangers sont attendus au Brésil cette semaine, dont des britanniques, la plaie va s’aggraver pour ces jeunes.
Nous avons effectué un voyage la semaine passée dans la ville hôte de Recife, sur la côte nord-est, pour interviewer des enfants piégés dans le cercle vicieux de la prostitution.

La Coupe du Monde de football a débuté au Brésil et il est temps pour le réseau d’associations ECPAT (End Child Prostitution and Trafficking) de rappeler aux touristes de respecter les droits des enfants pendant cet événement festif. Plus de 60 millions d’enfants vivent au Brésil et des études estiment qu’environ 500 000 enfants seraient en situation de prostitution dans le pays. Au cours des derniers mois, la campagne de sensibilisation « Ne détournez pas le regard ! » a été menée dans 16 pays pour diffuser des messages de prévention afin de réduire les risques liés au tourisme sexuel impliquant des enfants au Brésil. Ces mêmes messages et visuels ont été repris dans le « guide du supporter » publié récemment par le Ministère des Affaires Etrangères français. De plus, pendant toute la durée du Mondial, la campagne sera diffusée dans les vols Air France à destination du Brésil ainsi que dans les hôtels et sites Internet du groupe Accor, les aéroports, les taxis, les restaurants, les bars et plusieurs stades des 12 villes hôtes de la Coupe du Monde.

Monsieur le Premier Ministre,

Nous, survivantes de la prostitution, avons décidé de sortir de la honte et du silence. Et voilà que d’avoir franchi ce pas infranchissable fait de nous, partout, jusque dans nos petites villes, les dépositaires d’une parole qui se libère. C’est à nous que des femmes, des hommes, de plus en plus jeunes, viennent confier ce qu’ils ne peuvent dire à personne : comment un huissier, une dépression, une perte d’emploi, les violences d’un compagnon ou un réseau de proxénètes les ont jetés dans l’impasse de la prostitution. Comment ne pas lancer l’alerte sur ce versant invisible de « la crise » ?

Mesdames, Messieurs, vous qui avez signé la pétition lancée par Antoine ou le « Manifeste des 343 salauds », savez-vous quelle réalité vous défendez ? Vous, célébrités qui vivez sous les projecteurs, vous ne connaissez ni la précarité ni la violence, vous pensez vraiment que la prostitution, c'est du cinéma ?

samedi, 19 octobre 2013 00:00

Des hommes contre la prostitution

En France, une fois de plus, des soutiens de la prostitution s’en prennent avec violence à des membres de Zéromacho. Une fois de plus, ils agressent et insultent des personnes engagées pacifiquement contre le système prostitueur : tel est leur mode d’action contre les abolitionnistes qu’ils poursuivent aussi de leur haine sur les réseaux sociaux. Alors qu’un jeune homme vient d’être tué à Paris pour ses idées, quelles conclusions tirer de ce nouvel incident violent ?

Page 20 sur 21

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.