Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

jeudi, 13 février 2014 00:00

Leur parler d’amour en leur parlant de sexe

Écrit par 

Pour ne pas laisser l’éducation sexuelle des ados à internet et aux copains, une trentaine d’adultes sont venus se former à Genève à la pédagogie TeenStar. Une première en Suisse romande.

Le sexe est partout. Et les adolescents y sont confrontés de plus en plus tôt. Comment leur en parler autrement que le font les kiosques, les rues et nos écrans? Une trentaine de personnes étaient réunies en janvier dans les locaux de la paroisse Saint-François-de-Sales à Genève pour suivre la formation de l’association TeenStar, qui aide les jeunes à réfléchir à leur vie affective et sexuelle. Des mères de famille, des médecins, des profs ont suivi cette session de cinq jours, la première en Suisse romande, par simple intérêt ou dans l’idée de devenir animateurs. «Quand je travaillais comme médecin généraliste, je voyais des jeunes filles de 13-14 ans arriver avec leur maman, raconte la doctoresse Gwenola Dubrule, intervenante à la formation. Elles venaient se faire prescrire la pilule sans forcément avoir de copain, comme une sorte de rite de passage vers l’adolescence, et sans aucune idée de la manière dont fonctionnait leur corps. Quelques années plus tard, vers 17 ans, je revoyais les mêmes filles ou leurs grandes sœurs pour un avortement.» C’est parce qu’elle voulait travailler en amont qu’elle s’est engagée dans l’association. Fondé aux Etats-Unis en 1980 par des médecins chrétiens (voir encadré), TeenStar (teen veut dire adolescent et star sont les initiales d’«éducation à une sexualité adulte et responsable» en anglais) existe dans 35 pays et en Suisse alémanique depuis 1996.

  Source: echomagazine.ch

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.