Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

samedi, 16 janvier 2016 00:00

Des chrétiens cibles des extrémismes, des dictatures et des criminels

Écrit par 

L'ONG Portes ouvertes s'inquiète d'une année record en termes de violences envers les chrétiens. Les communautés religieuses sont attaquées ou menacées pour des raisons qui varient d'un pays à l'autre : luttes identitaires, interdiction de culte, rackets ou encore joug dictatorial.

Dans l'édition 2016 de son index annuel, l'ONG Portes ouvertes dresse un bilan tragique des persécutions visant des chrétiens dans le monde.

Selon ce réseau associatif, actif dans une soixantaine de pays, l'augmentation des attaques contre les communautés religieuses continue de grimper. De la Corée du Nord au Mexique, en passant par l'Inde, les Maldives ou la Libye, il ne fait pas bon prier le Christ.

« C'est l'année des débordements, explique Michel Varton, responsable France de Portes ouvertes. Je pense que les chrétiens sont persécutés pour deux raisons principales : leurs croyances et leur attente de justice, que ce soit vis-à-vis de la dictature en Corée du Nord ou face aux cartels en Amérique du Sud. »

Le document de Portes ouvertes indexe une cinquantaine de pays selon une série de critères divers, pour calculer d'année en année l'évolution des attaques contre les chrétiens. Pour 2015, l'ONG dénombre 7 100 personnes tuées pour leurs convictions religieuses, 2 400 églises attaquées, des communautés entières fuyant les menaces dans des proportions jamais vues...

« On ne sait pas tout, précise Michel Varton. Ce que nous référençons, ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Beaucoup de gens meurent discrètement, sans qu'on puisse le savoir. »

  Source: rfi.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Dernière modification le lundi, 18 janvier 2016 10:10
CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.