Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

dimanche, 04 décembre 2016 00:00

L’Évangile doit-il être relégué à la seule sphère privée, la conscience religieuse, devrait-elle se taire et seulement prier ?

Écrit par 

Nous nous interrogeons sur l’esprit d’une époque conformiste et relativiste qui relègue peu à peu l’Évangile à la seule sphère privée, obligeant l’homme à taire sa conscience.

Ainsi la modernité de notre siècle, depuis sans doute l’époque des « lumières » a neutralisé, pire sans doute, étouffé, garrotté la religion comme faculté d’intervenir sur le champ même de l’éthique, d’infléchir les lois mortifères quand elles heurtent la conscience, ou qu’elles menacent le bien commun. Les affres d’une époque conformiste et relativiste qui n’offre aucune alternative à l’ensemble des citoyens croyants ou non.

Comment mais surtout pourquoi cette époque est-elle devenue tellement conformiste et si relativiste ? Pourquoi la conscience religieuse est-elle autant stigmatisée ? L’actualité en moins d’une décennie bouscule les convictions des croyants, sans leur permettre vraiment d’être entendus. En même temps, la politique et les hommes politiques font de moins en moins entendre leur conscience, et ne cessent de réglementer, de normaliser et d’envahir la sphère privée : loi sur le délit d’entrave, loi sur le mariage pour tous, la PMA… Et dans l’autre sens, personne/pas de réel contre-pouvoir pour protéger la sphère privée, la liberté de conscience.

  Source: infochretienne.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.