Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mardi, 26 août 2014 00:00

Alain Nisus réagit à la demande de pardon de François aux pentecôtistes

Écrit par 

Fin juillet, le pape François a posé un geste fort dans une Eglise pentecôtiste du sud de l'Italie. Il a demandé pardon aux pentecôtistes et aux évangéliques pour les catholiques qui les ont « taxés » de « fous ». Alain Nisus, professeur à la Faculté libre de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine et bon connaisseur de la théologie catholique, met en perspective cette demande de pardon.

Comment appréhendez-vous la demande de pardon du pape François aux pentecôtistes?
C'est bien sûr un acte d'humilité fort qui force le respect. C'est une attitude profondément chrétienne : reconnaître des torts objectifs et demander pardon. Cela montre l'humilité du pape. Remarquons que Jean-Paul II a aussi formulé plusieurs demandes de pardon. Mais c'est peut-être la première fois que des évangéliques ont reçu une demande de pardon à ce niveau.
Il importe toutefois d'apporter deux nuances. D'abord cette demande de pardon est intervenue dans le cadre d'une visite privée du pape à un ami personnel. Cette visite ne revêtait donc pas de caractère officiel. Le pape a des connaissances, et parmi elles des amis évangéliques, dont ce pasteur italien, Giovanni Traettino, qu'il a connu en Argentine. Il est allé rendre visite à son ami et à sa communauté.
C'est toute la difficulté dans nos sociétés de communication où la distinction entre le privé et le public est souvent brouillée. Un acte privé se transforme vite en acte public. Donc vu le caractère privé de cette visite, il ne faudrait pas lui donner trop de portée institutionnelle.
En outre, le pape fait référence à une situation locale et historique précise. Il parle de la situation de l'Italie fasciste des années 30. Pendant cette période, il y a eu des lois répressives promulguées par le gouvernement fasciste contre les pentecôtistes. Et c'est à cet épisode que le pape fait allusion. François précise bien : « Parmi ceux qui ont rédigé ces lois et persécuté, dénoncé nos frères pentecôtistes parce qu'ils étaient 'enthousiastes', presque 'fous', il y a eu des catholiques. »
Le pape dit donc que des catholiques ont été séduits et aveuglés par cette idéologie et ont persécuté des pentecôtistes. Il ne dit pas que l'Eglise catholique, en tant qu'institution, a persécuté des pentecôtistes et que cette Eglise en tant qu'institution demande pardon aux pentecôtistes.

  Source: lafree.ch

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.