Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

lundi, 04 août 2014 00:00

2013, année noire pour la liberté religieuse dans le monde

Écrit par 

Jamais dans l’histoire récente, il n’y a eu autant de personnes déplacées en raison de conflits confessionnels, constate le département d'Etat américain dans son dernier rapport annuel.

« Quasiment aux quatre coins du monde, des millions de chrétiens, musulmans, hindous et fidèles d'autres religions ont été forcés de quitter leurs maisons en raison de leurs croyances religieuses », s’alarme le Département d'Etat américain, équivalent aux USA d'un ministère des affaires étrangères. Trois situations particulières sont pointés du doigt par l'édition 2013 de son rapport annuel : le conflit syrien, le bras de fer anti-balaka/séléka en République Centrafricaine et les violences à l’encontre des musulmans en Birmanie.

Seulement un millier de chrétiens à Homs
Selon le rapport en Syrie, « la présence chrétienne n’est plus que l’ombre d’elle-même ». À titre d’exemple, le nombre de chrétiens dans la ville de Homs seraient passé de 160 000 à un millier en trois ans de guerre.  En RCA, les violences entre anti-balaka et ex-séléka auraient poussé plus d’un million de Centrafricains à l’exode. Il y aurait eu plus de 1 000 morts. Pas de guerre en Birmanie, mais une situation très préoccupante pour les Rohinyah. Ces apatrides musulmans étaient déjà la cible de moines bouddhistes extrémistes en 2012. Selon le département d’Etat, ces persécutions ne seraient plus circonscrites à l’Etat du Rakhine. Au Bangladesh, les musulmans auraient détruit plusieurs lieu de culte, hindous en particulier. En Inde, musulmans et hindous continuent à s’affronter.

  Source: aleteia.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.