Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mardi, 21 avril 2015 00:00

La religion s'invite de plus en plus au travail

Écrit par 

D'après une étude, près d'un quart des managers se disent régulièrement confrontés aux demandes de leurs employés en lien avec leurs croyances religieuses. 

Près d'un manager sur quatre est confronté régulièrement au sujet de la religion au travail (demandes d'absence pour une fête, port de signes religieux...), presque deux fois plus qu'un an auparavant, selon une étude rendue publique mardi. Selon cette enquête de l'institut Randstad et de l'Observatoire du fait religieux en entreprise (OFRE), menée pour la troisième année, 23 % des managers déclarent rencontrer régulièrement, c'est-à-dire de façon quotidienne, hebdomadaire ou mensuelle, le fait religieux dans l'entreprise. Ils n'étaient que 12 % dans ce cas en 2014.

Selon les auteurs de l'enquête, ce résultat peut traduire une "banalisation" de ces sujets, les salariés hésitant moins à faire des demandes à leur hiérarchie en lien avec leurs croyances ou pratiques religieuses. Globalement, un manager sur deux a déjà été confronté au moins une fois à la question. Les sujets les plus fréquents sont les demandes d'absence pour une fête religieuse (19 %), le port de signes religieux (croix, kippa, foulard, turban...), rencontrés par 17 % des personnes interrogées, et les demandes d'aménagement d'horaire (12 %). Plus rarement surgissent des demandes de prières pendant les pauses ou, plus problématiques, des demandes de prières pendant le temps de travail, le refus de travailler avec une femme, ou le prosélytisme.

  Source: lepoint.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.