Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

CPDH-Médias

CPDH-Médias

Madame, Monsieur,

Merci de bien vouloir prendre connaissance de la lettre d’excuses publiques du pasteur François Clavairoly, président de la FPF concernant ses propos tenus dans le livre « les chrétiens face aux migrants ».

Service communication de La FPF

Chers amis,

Je tenais à présenter publiquement mes excuses concernant les propos que j’ai tenus et qui ont été repris dans le livre enquête Les Chrétiens face aux migrants rédigé par Pierre Jova. Je comprends que la phrase citée vous ait vraiment blessés.
Depuis de nombreuses années mon engagement dans le renforcement des relations entre les Eglises au sein de la Fédération et au-delà sont ma priorité et ceux qui me connaissent ne peuvent en douter.

Vous savez combien j’agis dans ce sens dans une période où les sujets parfois clivants nous placent dans des situations difficiles. Ici, l’effet de loupe dû à la diffusion d’un article décontextualisé qui concentre la lecture de toute une enquête sur une seule phrase est regrettable. Je remercie l’auteur qui s’en est excusé auprès de moi en écrivant « je suis navré qu’un passage de ce livre vous ait fait du tort, ce n’était absolument pas mon but et je suis prêt à en reparler dans le même esprit de respect et de vérité qui fut le vôtre en me recevant… ».

Chers amis, je réitère sincèrement mes regrets dont j’espère que vous saurez les accueillir.

Avec celui qui conduit nos vies et nous appelle, cherchons ensemble et inlassablement à vivre l’unité dans la diversité reconnaissant nos fragilités sous le signe du pardon.

Pasteur François Clavairoly
Président de la Fédération protestante de France

  Source: www.protestants.org

FIGAROVOX/ENTRETIEN - Adeline Le Gouvello a fait suspendre l'accès, en France, à un site promouvant la gestation pour autrui. Selon l'avocate, la législation française maintient une interdiction claire de la GPA mais son application est affaiblie par un manque de volonté politique.

Adeline Le Gouvello est avocate, spécialisée dans les droits de la propriété intellectuelle et le secteur de l'enfance.

FIGAROVOX.- Vous êtes avocate pour l'association «juristes pour l'enfance»: mardi 26 février, le TGI de Versailles a contraint sur votre demande l'hébergeur de sites Internet OVH à suspendre l'accès en France à un site promouvant la gestation pour autrui. Pouvez-vous nous résumer, en quelques mots, comment le tribunal a motivé sa décision?

Adeline LE GOUVELLO- Le tribunal a motivé sa décision de façon très rigoureuse en procédant en deux temps. Il a d'abord analysé le contenu du site pour savoir si ce dernier était manifestement illicite avant d'examiner si l'hébergeur avait commis une faute. Les dispositions légales sur la GPA étant parfaitement claires (prohibition de la GPA, et de toute entremise en vue d'une GPA, sanctions pénales à l'appui ; nullité des conventions de mère porteuse), et la lecture du constat ne laissant pas de place au doute quant à la réalité des services proposés, il a été établi que le contenu en était bien manifestement illicite: SUBROGALIA revendiquait un véritable accompagnement dans le processus de GPA, cinq années d'expérience (en 2016), 150 GPA par an, plus de 800 clients satisfaits. Le public français était clairement visé, du fait de la mise à disposition du site en langue française, des services spécifiquement dédiés aux Français (accompagnement juridique notamment, avec un décryptage des derniers textes et de la jurisprudence). Dans un second temps, les juges ont regardé si ce contenu manifestement illicite avait été notifié à l'hébergeur et si ce dernier l'avait retiré. Constatant que l'hébergeur avait été informé dès le 13 juin 2016 par l'association mais avait refusé de suspendre l'accès au site, ils ont considéré qu'il avait commis une faute.

  Source: www.lefigaro.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Le projet de réforme du régime des cultes est repoussé à l’automne et ne devrait pas passer par une modification de la loi de 1905.

Sans attendre, le parti présidentiel relance en son sein le débat sur la liberté religieuse, troublé par les polémiques sur le voile musulman.

Concentrée sur la sortie du grand débat et le lancement de la campagne des Européennes, la majorité ne peut s’autoriser des polémiques qui viendraient, dans ses rangs ou de l’extérieur, la déstabiliser. Emmanuel Macron a ainsi entrepris de désamorcer un sujet particulièrement explosif, celui de la laïcité.

Selon nos informations, l’Élysée a pris la décision de repousser à l’automne le dossier d’aménagement du régime des cultes et d’exclure la piste d’une retouche de la loi de 1905. Afin notamment de « renforcer la transparence du financement du culte », de « garantir le respect de l’ordre public » et « consolider la gouvernance des associations cultuelles », le gouvernement travaillait sur une réforme visant à faire entrer toutes les associations religieuses sous le statut loi 1905 (Associations cultuelles), alors que beaucoup, notamment dans la sphère musulmane, sont sous statut 1901. Il proposait, pour ce faire, une forme de donnant-donnant?: de nouvelles possibilités de financement pour les associations cultuelles, contre un renforcement de leur contrôle par les pouvoirs publics.

  Source: www.la-croix.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Page 1 sur 1093

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.